(Ceci est la première partie d'une des "Histoires de Rabbi Na'hman" : "L'empereur et le Roi."

 

1
Il était une fois un empereur qui n'avait pas d'enfant, et un roi qui, lui non plus, n'avait pas d'enfant. L'empereur décida de parcourir le monde, s'étant dit qu'il trouverait peut-être quelque conseil ou quelque remède pour avoir des enfants. Quant au roi, il décida, lui aussi, de parcourir le monde. Le roi et l'empereur se rencontrèrent dans une auberge, mais ils ne se connaissaient pas. Cependant, l'empereur reconnut le roi, car ce dernier avait des manières royales. Il l'interrogea et le roi avoua qu'il était bien un roi. Et lui aussi avait remarqué que son interlocuteur avait des manières royales et l'empereur confirma son impression.

Ils se racontèrent qu'ils voyageaient pour avoir des enfants. Ils convinrent que si à leur retour leurs épouses avaient, qui une fille, qui un garçon, ils marieraient les enfants l'un à l'autre.   L'empereur rentra chez lui et eut une fille ; le roi rentra chez lui et eut un garçon. Mais l'arrangement fut oublié. L'empereur envoya sa fille étudier, et le roi envoya son fils étudier. Les deux enfants arrivèrent chez un précepteur et ils tombèrent amoureux l'un de l'autre. Ils décidèrent d'un commun accord de se marier. Le prince prit une bague, la passa au doigt de la princesse et ils se marièrent.

Plus tard, l'empereur envoya chercher sa fille et la fit ramener à la maison. Le roi envoya chercher son fils qu'il fit ramener à la maison. On fit un arrangement de mariage pour la tille de l'impératrice, mais elle n'en voulut point, à cause de son lien avec le prince. Quant à lui, il éprouvait beaucoup de nostalgie pour elle. La princesse était toujours triste et l'empereur lui fit visiter sa cour, ses palais, lui montrant sa magnificence et la princesse était toujours triste. Le prince éprouvait beaucoup de nostalgie pour elle et finit par en tomber malade.  

Quand on lui demandait: « Pourquoi es-tu malade ? » Il ne voulait pas répondre. On dit à son serviteur : « Peut-être réussiras-tu à le faire parler » ? Le serviteur répondit: « Je sais ». Il avait accompagné le prince chez le précepteur et savait pourquoi le prince était malade. Il leur dévoila l'histoire. Le roi se souvint alors qu'il avait conclu un arrangement avec l'empereur, il y avait bien longtemps. Il demanda par écrit à l'empereur de faire les préparatifs de mariage, car l'arrangement avait été conclu depuis longtemps. Mais l'empereur ne voulait plus de l'arrangement.

Cependant, comme il ne voulait pas froisser le roi, il lui envoya une lettre dans laquelle il lui demandait de lui envoyer son fils, pour voir s'il était capable de diriger les affaires d'un pays. Le roi envoya son fils chez l'empereur, qui l'installa dans une chambre. Il lui fournit des documents concernant les affaires de l'État, afin de voir s'il était capable de diriger le pays. Le prince languissait de voir la princesse, mais il lui était impossible de la rencontrer. Alors qu'il se promenait un jour le long d'un mur de miroirs il aperçut la princesse et s'évanouit.

Elle se rendit auprès de lui, elle lui redonna courage et lui déclara qu'elle ne voulait pas d'autre parti que lui à cause du lien qui les unissaient. Il lui dit alors : « Que faire ? Ton père n'est pas d'accord ». Elle lui répondit que, quoiqu'il en fût, elle resterait quand même avec lui. Et ils décidèrent de partir sur les mers. Ils achetèrent un navire et partirent loin sur les mers. Ils voguèrent, puis voulurent aborder à un rivage. Ils arrivèrent en vue d'un rivage où se dressait une forêt. Ils débarquèrent et pénétrèrent dans la forêt.

La princesse enleva sa bague qu'elle donna au prince et s'étendit pour dormir. Lorsque le prince vit qu'elle allait se réveiller, il posa la bague près d'elle. Puis ils revinrent au navire. Alors, la princesse se souvint qu'ils avaient oublié la bague dans la forêt et envoya le prince pour la récupérer. Il partit mais ne put retrouver l'endroit. Il avança plus loin mais sans trouver la bague. Il chercha d'un endroit à l'autre et finit par se perdre, sans pouvoir retourner au rivage. La princesse partit à sa recherche et se perdit.

Quant au prince, il avait continué à errer et avait aperçu un chemin. Il l'emprunta et arriva dans un village. N'ayant rien à faire, il devint serviteur. La princesse erra puis décida de s'installer au bord de la mer. Elle revint au rivage. Sur le rivage poussaient des arbres fruitiers. Elle s'installa. Dans la journée elle parcourait le rivage, espérant trouver quelqu'un. Elle vivait de fruits et la nuit, elle grimpait dans un arbre pour être à l'abri des bêtes sauvages.
2
Il était une fois un marchand très important qui faisait du commerce dans le monde entier. Il avait un fils unique, et le marchand était déjà vieux. Un jour, son fils lui dit : « Étant donné que tu es vieux et que je suis encore jeune et que tes gens de confiance ne font pas attention à moi, que va-t-il se passer ? Si tu meurs et que je reste seul, je ne saurai pas quoi faire. Donne-moi donc un navire et des marchandises. Je partirai sur les mers pour devenir habile au commerce.»

Son père lui ayant donné un navire et des marchandises, il visita plusieurs pays, vendit ses marchandises, en acheta d'autres et réussit. Alors qu'il était en mer, il aperçut les arbres où habitait la princesse. L'équipage pensait que c'était un endroit habité et voulut y aborder. En s'approchant, ils s'aperçurent que ce n'étaient que des arbres et voulurent faire demi-tour. Mais le fils du marchand regarda dans la mer et vit un arbre au sommet duquel était assise une forme humaine. Il se dit qu'il se trompait peut-être et en parla à ses hommes. Ils regardèrent et virent aussi une forme humaine dans l'arbre. Ils décidèrent de s'approcher.

Ils envoyèrent l'un d'entre eux dans une barque et gardèrent les yeux fixés sur l'eau pour que le messager puisse arriver jusqu'à l'arbre. Le messager arriva près de l'arbre et vit qu'un homme y habitait. Il en informa ses camarades. Le fils du marchand se rendit près de l'arbre et vit la princesse. Il lui dit de descendre. Elle lui répondit qu'elle ne viendrait pas à bord de son navire tant qu'il ne lui ferait pas la promesse de ne pas la toucher jusqu'à ce qu'il fût rentré chez lui et qu'ils fussent mariés. Il lui fit la promesse et la princesse se rendit à bord du navire.

Le fils du marchand remarqua qu'elle était musicienne et connaissait plusieurs langues. Il se réjouit beaucoup de l'avoir rencontrée.

Alors qu'ils approchaient de chez lui, elle lui indiqua la marche à suivre. Il devait rentrer chez lui, informer son père, sa famille et ses amis qu'il ramenait une dame noble, et leur dire de venir tous à sa rencontre. Alors, il saurait qui elle était. (Elle avait auparavant posé la condition suivante : il ne devait pas chercher à savoir qui elle était ; il le saurait après leur mariage). Il consentit à tout cela. Elle lui dit encore : « Tu dois aussi donner à boire à tous les matelots du navire et leur faire savoir que leur patron se marie avec une grande dame.» Il lui obéit.

Il prit du meilleur vin qu'il avait à bord et en donna aux matelots, qui s'enivrèrent. Le fils du marchand rentra chez lui pour informer son père et ses amis. Les matelots qui s'étaient enivrés descendirent à terre et s'écroulèrent d'ivresse. Pendant ce temps, la famille du marchand s'apprêtait à venir accueillir la princesse. La princesse largua les amarres, déploya les voiles et partit à bord du navire. La famille se rendit à l'endroit où le navire devait être amarré, mais ne le trouva pas.

Le marchand fut très en colère contre son fils. Ce dernier s'écria : « Crois-moi, j'ai rapporté un navire et des marchandises !» Mais sa famille ne vit rien. Il dit : « Demandez aux matelots !» Le père partit les interroger. Ils étaient couchés par terre, ivres. Finalement ils se relevèrent et on les interrogea. Is ne comprenaient pas ce qui se passait. Tout ce qu'ils savaient, c'était qu'on avait rapporté un navire plein de marchandises. Mais ils ne savaient pas où il était. Le marchand fut très en colère et chassa son fils de chez lui, le banni de sa vue. Le fils partit et erra. Quant à la princesse, elle était partie sur la mer.

À suivre...

Dédié à l'élévation de l'âme de Yves ben Elya

Rabbi Na'hman de Breslev