(Afin de lire la partie précédente, cliquez ici.)
Hitbodédouth – Parler à D-ieu
Hitbodédouth possède une vertu très élevée, la plus élevée de toutes. Conséquemment, chaque personne doit réserver une heure – ou plus – tous les jours à s'isoler dans une pièce ou dans un champ afin de parler au Créateur. Cette conversation doit être l'occasion de formuler des demandes, des excuses, des paroles qui cherchent à obtenir la grâce, l'indulgence et la réconciliation. Nous devons implorer et supplier D-ieu pour qu'Il nous rapproche de Lui et nous permette de Le servir en toute sincérité.

Cette prière et cette conversation doivent être formulées dans la langue que nous utilisons tous les jours. De fait, s'exprimer en hébreu peut s'avérer difficile pour certaines personnes; dans ce cas, le cœur a de la difficulté à se sentir entraîné par nos mots. Cela s'explique par le fait que la plupart d'entre nous ne sommes pas habitués à parler dans cette langue.

Cependant, si nous utilisons la langue que nous parlons habituellement, s'exprimer devient plus facile, moins approximatif. Notre cœur est plus proche, plus intime de cette langue. Nous sommes habitués à l'utiliser. Dans notre langue natale, nous pouvons formuler tout ce que nous désirons, tout ce qui se trouve en notre cœur. Nous pouvons nous adresser avec facilité à D-ieu.

Que devons-nous exprimer ? Des regrets, un repentir pour ce que nous avons transgressé. Nous pouvons également adresser des demandes pour mériter de nous rapprocher de D-ieu, en toute sincérité et à compter de ce jour. Il s'ensuit que chaque personne doit se comporter de la sorte, chacun selon son niveau.

Nous devons tous apporter la plus grande vigilance à nous obstiner à consacrer une heure – chaque jour – à cette activité particulière. Le reste du jour, nous serons alors envahis d'un sentiment de joie (comme cela est expliqué dans le Likouté Moharan II : 24).

Cette pratique est extrêmement puissante par le mérite qu'elle nous procure. Elle nous offre une excellente occasion d'emprunter la voie qui nous permet de nous rapprocher de D-ieu. De fait, cette pratique est un conseil général qui s'applique à tout le monde. Peu importe ce qui nous manque dans notre Service divin, même la personne qui est très éloignée de tout ce qui fait le Service divin peut s'adresser et supplier D-ieu.

Suite...

Rabbi Na'hman de Breslev