Likouté Moharan : la citation du jour

“Il est interdit d'augmenter notre implication dans les affaires de ce monde.” (Rabbi Na'hman de Breslev, Likouté Moharan I, 54)

Commentaire : Notre vie est constituée de deux aspects principaux. Le premier inclut les activités marquées d'une Sainteté élevée telles que : la prière, l'étude de la Tora, la pratique des mitswoth... Le deuxième aspect inclut les activités qui possèdent une Sainteté d'un niveau inférieur. Dans cette catégorie, entrent tous les faits et gestes de la vie quotidienne qui nous permettent néanmoins de nous rapprocher de D-ieu (manger en prononçant les bénédictions adéquates, travailler afin d'obtenir un salaire...)

Rabbi Na'hman nous met en garde de ne pas augmenter – sans justification – le temps que nous passons dans le cadre des activités du deuxième type. La raison est que nous devons prendre le minimum de ce monde et essayer de nous consacrer le plus souvent possible aux activités du premier type. Cependant, il est important de réaliser que chaque individu est unique et qu'il revient à chacun de trouver la juste balance qui lui convient.

Dédié à l'élévation de l'âme de Liliane bath Melina

David-Yits'haq Trauttman

Likouté Moharan : la citation du jour

“Chaque personne doit servir D-ieu avec les aspects les plus élevés et plus saints du Service divin.” (Rabbi Na'hman de Breslev, Likouté Moharan I, 54)

Commentaire : Le Service divin est constitué de deux aspects : ceux qui possèdent une Sainteté élevée et les autres qui possèdent une Sainteté d'un niveau inférieur. Il est certain que nous devons favoriser les premiers des seconds en toutes les occasions.

Quels sont les points communs entre un morceau de pain, un gâteau, une paire de téfilines, un livre de prières... ? Tous nous permettent de nous rapprocher de D-ieu. Les premiers, si nous les utilisons selon la Volonté divine (ils doivent être kachers, nous devons prononcer les bénédictions adéquates avant et après leur consommation...) et les seconds aussi souvent que nous les utilisons.

Le degré moindre de Sainteté que possèdent les premiers les rendent dangereux car ils peuvent nous éloigner d'Hachem : la consommation d'un gâteau non kacher, une baguette dégustée sans les bénédictions nécessaires... C'est pour cette raison qu'il faut essayer de favoriser les seconds aspects : chaque jour et à chaque instant.

Dédié à l'élévation de l'âme de Martine bath Esther

David-Yits'haq Trauttman

Likouté Moharan : la citation du jour

“Les forces du mal sont toujours impatientes à se nourrir [de la Sainteté.]” (Rabbi Na'hman de Breslev, Likouté Moharan I, 54)

Commentaire : Lorsque nous prions, étudions la Tora, faisons des mitswoth... nous renforçons la Sainteté qui nous renforce à son tour. C'est cet échange d'ordre spirituel qui nous permet de nous rapprocher de D-ieu. C'est également lui qui doit être le pilier central de notre vie.

On comprend sans difficulté que cette situation est exactement l'opposé de l'intention des forces du mal. De fait, celles-ci possèdent un seul objectif : nous éloigner du Divin. Peu importe la technique qu'elles emploient ou le subterfuge qu'elles utilisent, nous devons savoir qu'elles sont littéralement en guerre contre nous. C'est pour cette raison que tous les gestes qui nous rapprochent d'Hachem sont souvent difficiles à réaliser.

Nous désirons prier ? Un appel téléphonique nous en empêche. Nous ouvrons un livre pour étudier ? Une odeur de pizza nous déconcentre au même moment. Dans tous ces cas, nous ne devons pas croire que notre désir de rapprochement n'est pas réel. Plutôt, nous devons reconnaître que les forces du mal nous attaquent. Renforçons notre volonté et notre concentration pour les vaincre, en demandant toujours l'aide du Ciel pour réussir.

Dédié à la guérison de Avi ben Émilie

David-Yits'haq Trauttman

Likouté Moharan : la citation du jour

“La Sainteté qui se trouve dans les aspects matériels de ce monde est d'un niveau inférieur.” (Rabbi Na'hman de Breslev, Likouté Moharan I, 54)

Commentaire : Tout ce qui nous entoure possède un certain aspect de Sainteté. Un fruit est ce qui nous permet de prononcer une bénédiction – avant de le manger – et de nous rapprocher ainsi du Créateur. Une simple table est l'occasion de partager un bon repas et de chanter de superbes chansons lors des repas du Chabath...

Cependant, la Sainteté qui est incluse dans les objets matériels de ce monde est d'un niveau plus bas que celui qu'on peut trouver dans la Tora elle-même et dans les mitswoth. C'est pour cette raison que l'étude de la Tora et la pratique des mitswoth peuvent pratiquées sans limites, tandis que nous devons limiter ce que nous prenons de ce monde.

L'objectif n'est donc pas de se couper de ce monde : lui aussi est rempli de Sainteté et nous en avons besoin (nous devons travailler, nous nourrir, nous habiller...). Plutôt, l'essentiel et de réunir les conditions favorables qui nous permettent d'étudier, de prier et de faire des mitswoth aussi souvent que nous le pouvons. Lorsque nous poursuivons ces activités, nous touchons à la Sainteté la plus élevée.

Dédié à l'lévation de l'âme de Chlomo ben Ra'hel

David-Yits'haq Trauttman