Un Yom Kippour pour être humain

L'obligation de jeûner le jour de Yom Kipour est connue tous. Celle qui l'est moins est notre obligation de manger… la veille de Yom Kipour. À l'exception du jeûne de Tich'a beAv (le jour où nous commémorons la destruction du Temple de Jérusalem), les repas que nous prenons avant un jeûne possèdent un intérêt : celui de nous donner les forces suffisantes pour passer le jour de jeûne sans trop de difficultés. Le repas que nous prenons la veille de Yom Kipour est différent : il s'agit d'une obligation rabbinique.

Lire la suite...

Nous pouvons tous atteindre le Ciel !

Mercredi soir (12 octobre 2016), nous fêterons Yom Kipour (le jour du Grand Pardon). Ce n’est sans doute pas un hasard si ce jour succède au jour de Roch Hachana (le jour de l’an juif.)

Il est intéressant de noter que lors de Roch Hachana, nous ne faisons presqu’aucune mention de nos fautes et du pardon que nous pourrions demander à Hachem. Plutôt, le sujet essentiel des prières de Roch Hachana est de déclarer D-ieu comme étant notre Roi et qu’à ce titre, nous Lui dévouons notre vie entière. De fait, c’est seulement après avoir déclaré notre volonté de faire le Créateur notre Roi que nous pouvons Lui demander pardon.

Lire la suite...

D-ieu : mon Roi, ma vie

Ce soir, 9ième jour du mois de tichré de l’année 5777 (11 octobre 2016), commence le jour de Yom Kippour (le jour du Grand Pardon) sans doute le jour le plus important de l’année juive. Le processus a commencé avec la récitation des prières des Séli’hoth au mois précédent d’éloul, le jour saint de Roch Hachana (le jour de l’an juif), les dix jours de repentir – de Roch Hachana à Yom Kippour – et se termine donc le jour du Grand Pardon.

Lire la suite...