Les prières des Séli'hoth (4)

(Ceci est le 4ième et dernier article de notre série à propos de Séli'hoth. Pour lire le 3ième article, cliquez ici.)

Un des moments importants de la récitation des Séli'hoth est lorsque nous déclarons à voix haute les treize attributs de clémence de D-ieu. Nous commençons cette liste en citant à deux reprises le Nom d'Hachem. Selon la Guémara Roch Hachana 17b, cette répétition du Nom divin nous apprend qu'Hachem fait preuve de clémence envers les personnes, avant qu'elles pèchent et après qu'elles aient péché.

S'il est facile de comprendre l'importance de la Clémence divine envers celui ou celle qui a fauté, on peut se demander pour qu'elle raison D-ieu a besoin d'être clément envers nous avant la faute : en fin de compte, nous n'avons encore rien fait ! Si nous comprenons la réponse à cette question, notre perception de la vie en sera grandement changée.

Lire la suite...

Les prières des Séli'hoth (3)

(Ceci est le 3ième article de notre série à propos de Séli'hoth. Pour lire le 2ième article, cliquez ici.)

La récitation des Séli’hoth est une préparation pour Roch Hachana (le jour de l’an juif). Cela ressemble à un sportif qui désire être prêt pour une course importante : l’aspect essentiel du travail se trouve dans les heures que celui-ci passe à s’entraîner et à s’améliorer. Sans cette préparation, les chances de réussite lors de la course sont nettement amoindries.

Il en est de même avec les Séli’hoth et Roch Hachana. Chaque jour où nous récitons ces prières, nous faisons un pas de plus vers Hachem et nous Lui déclarons – avec encore plus de force – notre amour. Lorsque Roch Hachana arrivera, nous aurons fait le maximum pour être le plus près possible de D-ieu.

Lire la suite...

Les prières des Séli'hoth (2)

(Ceci est le 2ième article de notre série à propos de Séli'hoth. Pour lire le 1er article, cliquez ici.)

Chaque année – au début du mois d'éloul – les juifs d'origine séfarade prennent le train, tandis que leurs compatriotes d'origine achkénaze restent sur le quai de gare. De fait, dès le lendemain du premier jour d'éloul, les séfarades commencent à réciter les prières des Séli'hoth, tandis que les achkénazes attendent seulement la semaine qui précède Roch Hachana (le jour de l'an juif) pour commencer leur récitation.

Lire la suite...